Janat, Aïcha et tous les autres


Expression libre / vendredi, décembre 22nd, 2017

A l’initiative d’Armelle Gardien et de Richard Moyon, militants du réseau RESF, un rassemblement était organisé en début d’après midi ce mercredi 16 mai, devant la sous-préfecture d’Antony pour rappeler à notre nouveau Sous-préfet qu’il n’était plus là pour appliquer les directives d’un pouvoir démis par les urnes. Nombreux étaient les lycéens, parents d’élèves, enseignants et élus à avoir fait voulu être présents pour rappeler au nouveau venu qu’il s’est passé quelque chose en France avec la défaite de Sarkozy. Il est temps que cesse la « chasse aux sans papiers ».

M. Jean Pierre GUARDIOLA, successeur de M. Bernard Bouloc au poste de sous-préfet d’Antony et de Boulogne, par ses premiers actes a de quoi inquiéter. En effet s’il a certes reçu le 7 mai une délégation d’élus qui accompagnaient la CPE du lycée Jean Monnet (Montrouge) et un militant RESF venu l’entretenir de la situation de Janat Mankarus, élève du lycée de Montrouge, Egyptienne copte qui se trouve maintenant sans papiers et sans ressources, c’est pour leur signifier qu’il n’entendait rien faire. La situation humaine très difficile que vit cette femme majeure a laissé M. Guardiola de marbre tout comme celle des autres lycéens sous le coup d’OQTF que la délégation a vainement tenté d’évoquer.

Le Front de Gauche s’est toujours battu aux côtés du Réseau Éducation Sans Frontières et comme Conseillère régionale, je suis régulièrement intervenue pour dénoncer et me battre contre les expulsions et la rétention de jeunes sans-papiers. Dès 18 ans passés, c’est le couperet ! Pour mettre fin à ces politiques qui font vivre les lycéens sans-papiers dans la peur quotidienne de ne pas pouvoir retourner à l’école le lendemain, le Front de Gauche juge nécessaire que le nouveau pouvoir abroge les lois successives sur l’immigration et annule la circulaire Guéant qui impose des conditions drastiques (y compris financières, c’est une sélection par l’argent!) aux étrangers pour pouvoir accéder à l’Université.

C’est donc tout naturellement que dans cette lutte exemplaire mené pour faire reconnaître les droits des étrangers dans notre pays, avec Marie Hélène Amiable, députée maire de Bagneux nous sommes, toutes les deux, intervenues pour rappeler l’urgence à la refonte du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. Pour nous il s’agit de décriminaliserons le séjour irrégulier et ici dans l’arrondissement d’Antony, d’exiger du nouveau sous préfet qu’il examine sur le fond les dossiers de régularisations des jeunes majeurs scolarisés dans les lycées du secteur et de leurs familles.

A Antony, même au temps du sarkozysme triomphant, la population, les jeunes, les lycéens, les enseignants, les parents d’élèves et les élus du département et des arrondissements d’Antony et de Boulogne ont su imposer le respect d’un minimum de décence et obtenir un certain nombre de régularisation de ces jeunes étrangers sans papiers. Aujourd’hui notre nouveau sous-préfet ne semble pas avoir compris qu’il y a eu un changement de majorité politique dans notre pays. Peut-être son parcours (avant d’être quelques mois sous-préfet de St-Nazaire, il avait passé de longues années, chargé de l’asile au ministère de l’intérieur sous MM. Sarkozy, Hortefeux et Besson !) le pousse-t-il a conserver une posture d’ancien régime. Mais qu’il sache que nous ne laissons pas faire n’importe quoi. Nous ne lâcherons rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *