Mur du con et coup de balai


Expression libre / vendredi, décembre 22nd, 2017

Depuis quelques heures, l’UMP tire à boulets rouges contre le syndicat de la Magistrature accusé de manquer d’indépendance. Des images filmées (en caméra cachée) dans le local syndical du Syndicat de la magistrature montrant plusieurs dizaines de photos de personnalités regroupées sous le titre «mur des cons»provoquaient mercredi indignation et condamnations de la part des responsables de la droite qui s’insurgent contre cette « liste noire ». Ainsi Bruno Beschizza, secrétaire national de l’UMP chargé de la Sécurité craignait «  la mise en place d’une justice politique »… et d’ajouter dans un communiqué « Ce pilori judiciaire pourrait faire sourire s’il n’était pas organisé par des magistrats ayant prêté serment, qui mettent en examen, jugent et condamnent ».

C’est vrai qu’à l’UMP on est très attaché à l’indépendance de la justice, surtout quand on se rappelle que l’ex-procureur de Nanterre Philippe Courroye et l’ex président Nicolas Sarkozy se sont rencontrés au moins huit fois à des dates proches de moments-clés de l’affaire Bettencourt. A l’époque où ces faits étaient révélés par les journaux, l’UMP avait, la main sur le coeur, défendu le magistrat. Pas question pour l’UMP de critiquer l’indépendance de la justice alors que les soupçons portaient sur le fait que le président de la République de l’époque ait pu demander au procureur de Nanterre d’étouffer une affaire qui menaçait d’être embarrassante pour lui et pour son parti.

Dans la longue liste de ces indignés de circonstance, on trouve évidemment le Président du Conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian qui sur Twitter écrit : « l’indépendance de certains magistrats est si grande qu’elle l’est à l’égard de la loi et de leur statut« …   Est ce que cette affirmation vaut pour l’ancien procureur de Nanterre Courroye soupçonné par certains d’entrave à la justice suite à ces nombreuses rencontres (8 en quelques mois) alors qu’il affirmait «  Je connais Nicolas Sarkozy depuis une douzaine d’années (…) Je le vois depuis une à trois fois par an pour évoquer des sujets généraux et institutionnels. Ce sont des rencontres privées. »

Le Président du département des Hauts-de-Seine sait lui ce qui est se joue au moment où sort un ouvrage (la République bananière des Hauts de Seine) écrit par deux anciens fonctionnaires de la police judiciaire (jean-Paul Philippe) et des impôts (Noël Pons) qui comme l’annonce Médiapart « dissèquent de manière inédite ce département pas comme les autres. Pour cause : le plus riche de France, il est aussi, peut-être, le plus corrompu ?«  Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Puteaux, Asnières du temps où l’UMP détenait les manettes de la ville, le livre décrit un « tentaculaire système de « prédation » mis en place avec la complicité des pouvoirs publics locaux. » L’ouvrage identifie la méthode et les outils « mis en place pour détourner la loi et se servir des collectivités comme d’une gigantesque vache à lait »..

Les responsables de l’UMP tentent-ils de décrédibiliser la justice pour mieux relativiser les affaires dans lesquelles le nom de l’ancien président apparaît plus ou moins directement ? Nicolas Sarkozy est cité dans 5 affaires judiciaires dont plusieurs pourraient faire de nouveau l’actualité dans les semaines à venir… notamment l‘affaire Karachi sur le financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur de 1995, à l’époque où Sarkozy était ministre du budget (décidément c’est un poste clé !).  le « Mur du con » serait-il le nom de code de l’opération enfumage pour faire croire qu’il n’y a d’autre issue à la crise économique, écologique, sociale et institutionnelle que dans l’UMP, seule en mesure de remettre de l’ordre au moment où en haut ça ne peut plus et en bas ça ne veut plus ? Surtout que pendant ce temps là on ne parle plus de la connivence entre le monde de l’argent et la politique… une actualité en chassant une autre, tout est bon pour nous tenter de nous faire oublier qu’il s’agit de sauver les intérêts de la finance !

Aurions-nous uniquement le choix entre nous résigner à subir les politiques d’austérité sans fin ou nous laisser enfumer pour que le système perdure ? Certainement pas ! L’affaire du pseudo « mur du con » est à la fois secondaire et principal, elle montre les tentatives désespérées d’une oligarchie, qui voudrait qu’on détourne le regard des choses importantes, mais qui nous donne l’occasion de rappeler qui fait pression et pourquoi sur la justice notamment ? Et nous donne ainsi l’occasion d’élargir nos revendications… le 5 mai prochain de la Bastille à la Nation nous montrerons qu’il y a bien une autre politique possible, et que dans la VIe République, la justice sera la même pour tous ! Et concernant les affaires des « cols blancs »… Comme disait l’ex président « Vous en avez marre de ces voyous, on va vous en débarrassez… » avec un coup de balai comme moindre mal.  C’est nettement moins violent que le karcher :-) …

Communiqué de Parti de Gauche :

« Depuis la publication sur le site de droite « Atlantico.fr » d’une pseudo « liste noire » du Syndicat de la magistrature, les attaques venant de l’UMP et ses affidés se succèdent contre celui-ci. En fait de liste noire, il s’agit d’un pan de mur rebaptisé « mur des cons » situé dans le local même du SM, où des photos de personnalités pour la plupart baron-ne-s de la Sarkozie (mais on y trouve aussi un certain Manuel Valls) sont affichées. Par une méthode déloyale (le filmage en caméra cachée d’un local syndical, donc privé), les auteurs de ce buzz s’en prennent surtout à une organisation de magistrat-e-s n’ayant jamais fait mystère de son orientation à Gauche. La ficelle est un peu grosse: feindre de découvrir que Brice Hortefeux, Claude Guéant, Nadine Morano ou Eric Besson représentent ce que le SM combat pour mieux s’en prendre à la « politisation » de ses membres et au syndicalisme original de transformation radicale de l’institution qu’il incarne. Faut-il que l’UMP craigne la justice pour s’en prendre ainsi à la deuxième organisation de magistrats en terme de représentativité (40% des voix en 2010)! En ce jour triste pour le syndicalisme où une majorité parlementaire se réclamant de la Gauche a retoqué la loi d’amnistie sociale, le Parti de Gauche réaffirme son soutien à la liberté d’expression syndicale, y compris par la satire, qui plus est dans un cadre privé. L’institution judiciaire a besoin du Syndicat de la magistrature, le Parti de Gauche ne tolérera aucune attaque contre le syndicalisme judiciaire qu’il représente avec force et sérieux ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *